Publié par Longueur d'Ondes


On oublie trop souvent que l’éternel sociétaire du magazine humoristique Fluide Glacial, n’a pas toujours adopté un registre aussi léger.


Ses albums « L’Institution » (semi-autobiographique sur sa scolarité dans des écoles religieuses), « Déconfiture au petit déjeuner » (récits d’humour noir) ou « Monsieur le ministre » (critique de la vie politique) le rappellent malicieusement. 

Car derrière l’humour potache et absurde du père des « Bidochon » (plus d’une vingtaine de volumes) se niche le plus souvent une tendresse pour ces « ptites gens ». Leur décalage social et technologique avec l’intelligencia supposée a toujours nourrit l’œuvre du dessinateur (également propre scénariste).

Cette nouvelle série où un professeur de piano frustré fait face à des élèves dénués de talent en est la continuité. 

Ton léger, gags étirés, comique de répétition et dessin noir&blanc… À défaut de révolution dans son style (ou par rapport à celui des autres), Binet continue de nous distraire. 

Force tranquille.


> Dargaud

Commenter cet article