Publié par Longueur d'Ondes

Annick Girardin & la francophonie : « Le refus de l’uniformité »

Langue maternelle, d’usage, administrative, d’enseignement ou choisie, le français est employé dans plus de 80 pays. Actuellement 5e au rang mondial, on estime qu’il sera parlé par 8% de la population mondiale en 2020 (1 personne sur 13 !) Or, suivant les lieux de pratique, les enjeux sont chaque fois différents... Et pour vous, la francophonie, c’est quoi ?


FRANCE
Annick Girardin, secrétaire d'État à la Francophonie
- -
« La francophonie est un lien concret entre les peuples américains, asiatiques, africains et européens. Nous serons plus de 750 millions de locuteurs en 2050 ! C’est un atout, un vecteur de solidarité et d’échanges. C’est vouloir la diversité, refuser l’uniformité et le renfermement. Je viens de Saint-Pierre-et-Miquelon, archipel français d’Amérique du Nord. Nous sommes ainsi, comme d’autres, très attentifs au choix de la langue.
Je crois profondément en une francophonie utile. Ce fut d’ailleurs le sens de mon courrier aux entreprises, le 18 mars, pour lutter contre l’anglicisme dans le monde du travail. Oui, la langue française se nourrit d’autres langues, mais elle ne doit pas être dénaturée pour autant. N’oublions pas que le français est la 3e langue des affaires.
De même que le poids des compositeurs francophones à l’étranger est réel. Evitons donc de chanter en anglais à l’Eurovision. Montrons nos capacités ! Travaillons les prises de conscience ! Les quotas de chanson française sur les radios [ndla : 40%, voté en 1994] restent un minimum. On peut pousser plus loin…
Nous bénéficions d’outils incroyables : 96 instituts français dans le monde, 445 Alliances françaises, France24, TV5Monde…Tous font la promotion de l’action culturelle à l’extérieure de la France. Le français n’est pas une langue du passé : ce doit être un combat. Restons pragmatiques et soyons contre tout ce qui est définitif. Nous y gagnerons.
Fin 2015, les francophones ont l’occasion de s’unir pour peser lors du sommet sur le climat, à Paris… »