Publié par Samuel Degasne

Festival FNAC LIVE (Paris) : 20-23 juillet 2016

Le festival parisien, situé place de l’hôtel de ville, accueillera pour sa 5e édition près de 31 concerts gratuits. Au programme, notamment, quelques artistes soutenus par Longueur d'Ondes : Lilly Wood & The Prick, Fakear, Feu! Chatterton, Jain, Louise Attaque, Odezenne, La Maison Tellier, Stuck in the sound ou encore Katerine... Rencontre avec le co-programmateur, Nicolas Preschey.


En 2011, vous affichiez l’ambition d’être à cheval entre Rock en Seine et Solidays. Est-ce toujours le cas ?
Oui. On pourrait également faire une filiation avec les Francofolies, car nous défendons beaucoup la création francophone. Il y avait, en tout cas, une nouvelle couleur à installer après l’arrêt du festival Fnac Indétendances qui se déroulait, jusqu’en 2008, sur les berges de Seine.

En programmant un festival gratuit, est-on justement condamné à l’éclectisme ?
Pas nécessairement. J’ai en tout cas, de mon côté, une grande liberté artistique (je ne travaille plus pour La Fnac, contrairement à mon binôme Benoit Brayer). Une définition ? C’est un festival populaire qui rejette tout ce qui pourrait être variétés (on se comprend, hein). Je pense, en effet, que nous nous devons de sensibiliser et d’éduquer le public aux nouvelles scènes, sans être pour autant un « festival pour programmateurs ». Mais il est vrai que ne pas être assujetti à une billetterie rend l’exercice assez souple…

Certains festivaliers ont parfois un réel attachement affectif à des événements. En raison de son nom et de son format, est-ce difficile à créer pour le Fnac Live ?
Lors des premières éditions, nous accueillions 15 000 spectateurs. Aujourd’hui, c’est plus de 30 000 ! Le festival a donc une vraie identité… et, de fait, une histoire. Si ça a emmerdé quelques festivals payants ? C’est probable. Mais il me semble que nous sommes légitimes, non ?

Pour parvenir à votre équilibre financier, j’imagine que des échanges de visibilités sont effectués en magasin…
Évidemment ! Nous ne pouvons pas avoir les mêmes moyens que d’autres ! Il n'y a, par contre, aucun artiste dont les disques seraient bannis à La Fnac, sous prétexte qu'il n'a pas voulu jouer dans le festival, hein... Ou je n’en ai pas connaissance ! Hé hé. Blague à part : pas de bras de fer, ici. Mais nous nous devons, oui, de faire des mises en avant en magasin. Le live n’est-il pas là pour mettre en valeur un support physique ?

La période post-attentats influence-t-elle votre organisation ? Par mesure de sécurité, la Fête de la musique, organisée par le Fair place Denfert-Rochereau, a été annulée…
On en a conscience, oui. On agit en conséquence aussi. Et on essaie de ne pas trop y penser non plus... Attention, nous n’avons pas totalement les mêmes contraintes, hein : la place de l’hôtel de ville est plus facile à sécuriser et la période de l’Euro 2016 sera achevée… Mais oui, le site a été notamment renforcé par des barrières et certains contrôles auxquels nous n’étions pas habitués lors des précédentes éditions. L’important est surtout que tout le monde puisse en profiter !


>
Site web