Publié par Journal Le Progrès

Le Ninkasi Kao organise la semaine prochaine une soirée chanson avec le chanteur des Hurlements d’Léo, Fred Radix et les Becs Bien Zen

On a tout et trop dit sur le prétendu sursaut de la « chanson à texte », changeant indéfiniment les étiquettes pour brouiller les pistes. Mais ce que l’on oublie de souligner, c’est que personne n’a jamais tenté de recréer un style. On le poursuit sans s’adonner à la copie ou la parodie. Ce n’est pas parce que la rue a déserté les pavés mercantiles pour investir les caves qu’elle a disparu. Les goûts du public changent, mais la rumeur, elle, gronde toujours.

Mélodies jazz, celtes et slaves
Les Becs bien Zen sont de ceux-là, empilant les salles combles de l’âtre du Ninkasi Kafé. Bien loin de s’adonner à l’expérimentation, les membres de cette formation lyonnaise possèdent dans leur majorité une formation musicale classique perceptible sur l’ensemble de leur répertoire. Les lignes de violon sont intelligentes, la voix sait se parer de gouaille ou de hurlements quand il est nécessaire, tandis que la musique sait se renouveler avec facilité. Pas une seule fois l’amateurisme vient perturber la scène. Et la lune elle-même semble vouloir rester pour prolonger ce moment




Commenter cet article