Publié par Le Progrès

Après un maxi aux répercutions nationales et une reprise magistrale de La Marseillaise, le groupe de rock lyonnais vient d’enregistrer son premier album et cherche un diffuseur. Rencontre avec le guitariste.

Comment résumer votre parcours ?
Le groupe s’est composé de trois personnes en 2001. Nous avons réalisé plus de 150 concerts dont la première partie de The Cure, The Rapture et Big Soul. Nous avons beaucoup travaillé en résidences également, notamment aux Chantiers des Francos à la Rochelle.

Comment s’est passé l’enregistrement en août-septembre ?
« Attache-moi » sera plus brut et brouillon comme le rock&roll avec une majorité de textes en français. Les trois qualificatifs qui reviennent le plus souvent sont : noir, décadent et mélancolique. Une chose est sûre, c’est que nous aimons la saturation et détestons le vulgaire. Nous avons également enregistré une reprise de « Les sucettes » de Gainsbourg, mais elle ne sera pas sur l’album.

Votre pièce maîtresse est votre chanteur androgyne…
Il l’est à la fois dans son chant et dans les personnages de ses textes. Les thèmes les plus développés sont la sexualité, sous forme de métaphores, et les relations humaines hypocritement malsaines. Nous acceptons notre filiation à Placebo par l’esthétisme tendancieux que l’on développe. On constate également qu’un public gothique nous suit, mais nous faisons juste du rock. Un point c’est tout.

LIEN

>
Site officiel