Publié par FJM Publications

> Suite du dossier « L’invasion des coachs dans nos vies »


Coach sportif : la carotte de l’âne 
Cette catégorie du métier est pour l’instant la plus répandue. « To coach » signifie d’ailleurs entraîner, préparer, accompagner et motiver. Une tendance qui provient des pays anglo-saxons où l’on a depuis longtemps compris que la musculature et la technique n’étaient rien sans le mental et la capacité à supporter la pression. Ce métier est d’ailleurs une excellente reconversion pour les anciens sportifs de haut niveau, pour peu que l’on ait l’esprit d’un manager. Quelques exemples préfigurent : Didier Deschamps, Yannick Noah ou bien encore Aimé Jacquet. Celui de Mike Tyson est expressément chargé de l’haranguer violemment pour le motiver. Le management d’artistes musicaux peut parfois s’apparenter au domaine. Sans anticiper les besoins des protagonistes, cette personne intervient avec sa vision en recul et à froid de l’événement en gardant une stratégie à long terme.
Ce qui peut différencier le coach sportif des autres est le fait de s’assimiler l’événement en cas de défaite ou de victoire. Il y a également une idée d’une souffrance relative dans l’effort pour favoriser le dépassement de ses capacités. Les catégories aisées ont, quant à elles, désertées les salles de remise en forme pour adopter un service particulier. Exercice dont l’engouement s’est accrue en France avec le succès de la télé-réalité.

Coach d’entreprise : motive et leitmotiv 
Autrefois réservé aux hauts dirigeants, puis aux forts potentiels de l’entreprise, le coaching s’est démocratisé. On assiste progressivement à l’apparition d’un « middle management » qui s’attaque à la base de l’entreprise pour renforcer sa motivation et son sentiment d’appartenance. Les résultats sont généralement probants et rapides. Le rôle du coach se fait de plus en plus central dans notre société, faisant le lien entre la direction et les employés. Les objectifs sont précis, cadrés et dispensent toute communication de la part de la hiérarchie. Les techniques, notamment américaines, vont parfois extrêmement loin en organisant par exemple des longs séminaires de motivation qui tournent presque au lavage de cerveau. On gratifie les efforts et le chemin parcouru des salariés aussi artificiellement que le syndrome de Pavlov mettait en relation le conditionnement et la réaction d’un chien à la vue de son repas. Il faut donc en toute occasion garder une notion humaine dans son enseignement et combattre l’automatisation de masse. L’avantage est de couper court à la succession des tâches pour réfléchir à son positionnement et à une vision à long terme.

Coach santé : la morale assistée 
Les assurances Axa ont mis au point un programme de suivi en s’appuyant sur ce système de coaching. Il vise à faire arrêter de fumer et retrouver un équilibre alimentaire. Une première étape d’évaluation se situe tout d’abord sur Internet, accompagnée d’un calendrier vaccinal. Des rendez-vous téléphoniques sont organisés par la suite avec des diététiciens et des médecins. Il n’est pas nécessaire de posséder un contrat chez l’assureur et l’offre est d’un euro symbolique pour les moins de trente ans. Des conseils sont aussi formulés durant six mois à travers une newsletter. Selon une étude de la Sofres , 45% des Français attendent de leur assurance santé un tel accompagnement. De plus, une grande majorité des préoccupations actuelles prennent en compte ces problématiques et le succès de l’alimentation biologique peut en témoigner. Une demande plus accrue chez les femmes et les enfants. Pour les assurances Axa, au-delà de l’action humaniste, il s’agit surtout de renforcer sa communication avec sa clientèle. Ainsi, on travaille ici davantage sur la proximité et la fidélisation.

Relooking : de mèche avec le mercantile 
Cet exercice a valu des audiences élevées à quelques émissions télévisées. Son faible coût du à la promotion déguisée de ses intervenants, ainsi que le résultat souvent spectaculaire à l’image remportent un franc succès. Durant les dernières années, nous avons pu voir ainsi les programmes tels que les « Queers », « C’Est Mon Choix » ou « Nouveau look pour une nouvelle vie » se multiplier et utiliser cette méthode. Dans la vie courante, un relookage vaut excessivement cher, et les nombreux paramètres de la personnalité ne sont pas à prendre à la légère ou à la va-vite. Certains ont besoin d’un changement physique pour évoluer mentalement. Mais il s'agit seulement d'un point de départ.

Coach de vie : allo maman bobo
Cette catégorie a, elle aussi, alimenté abondamment le paysage audiovisuel. Les exemples sont multiples, mais la pratique reste la même : adolescent en pleine crise, chien fou, obésité, timidité, solitude, caractère lunatique, hyper activité… Généralement, le rôle du coach peut ici se résumer en grande partie à faire retrouver confiance en ses capacités et son image. Le coaching ne doit pas non plus être une excuse pour fuir une psychanalyse profonde. Lors de l’adolescence, il devient aussi essentiel pour sa construction personnelle de trouver les réponses de son mal-être par soi-même. C’est le cheminement logique qui même à l’état adulte. A la grille de la rentrée 2005, de nouvelles émissions du genre apparaissaient : « Starting Over », « Au secours, mon chien fait la loi », « Super Nanny », « C’est du Propre », « Le camp des fortes têtes », « Panique à l’hôtel » et « Panique chez le coiffeur ». Il s’agit donc du nouveau filon lucratif des chaînes de télévision qui fait suite à celui de la télé-réalité. Les invités prétendent que passer sur le petit écran leur procure un effet stimulant et amplificateur. Une fois la promesse prononcée lors de l’émission, et la médiatisation ainsi faite, il n’est guère possible de se dérober à l’opinion publique après l’avoir prise pour témoin. Par contre, les effets inverses sont également accrus en cas d’échec et la déception est plus grande.

Coach sexuel : joindre les deux bouts
Ici, il n’est pas question de rentrer dans une norme, mais de satisfaire le niveau de performances requis pour répondre aux attentes du conjoint. Certains y ont recours pour freiner leur culpabilité judéo-chrétienne, d’autres veulent résoudre un blocage psychologique ou pimenter une vie sexuelle devenue banale. Le coach intervient donc généralement au niveau du couple en tentant de renforcer le dialogue et démystifier la chose. Une chose est sûre, c’est qu’un individu heureux et qui fait attraction de ses soucis fait sauter la plupart des barrières. L’expert conseille également de réaliser un effort sur l’atmosphère et de pimenter sa vie sexuelle par des jeux de rôles ou de situations.

Coaching consumériste : je dé-pense, donc je suis
France Télécom s’est récemment lancé dans le coaching de client. Une mesure visant à freiner le succès grandissant des magasins de hard-discount et les infidélités des consommateurs par rapport aux marques. Ces « nouveaux vendeurs » s’additionnent à l’équipe déjà en place et interviennent pour conseiller les technophiles. Chaque coach a reçu une formation interne de quatre semaines consécutives afin de répondre aux questions traitant des nouvelles tendances en terme de nouvelles technologies jusqu’à la simple manipulation. Dans le secteur de la téléphonie, seul cet opérateur a pour l’instant développé cette particularité, surfant sur la vague actuelle du coaching. D’autres secteurs avaient dors-et-déjà adopté la démarche comme les magasins de bricolage ou d’accessoires de cuisine où l’on mélange vente et conseils préparatoires. Dans les autres secteurs, « Nouvelles Frontières » vous propose de participer à un relookage, tandis que Wonderbox permet d’offrir un chèque cadeau qui donne droit à un coaching personnalisé.

Achat forcé ? Esprit manipulé ? France Télécom défend son action en prétendant que 20% des personnes coachées reviennent en boutique grâce aux rapports humains établis. Du côté de la Fédération Francophone du coaching (FFC), on hurle aux subterfuges et à la récupération mercantile. Cette dérive est de plus en plus courante et on profite malhonnêtement de la vague pour attribuer à n’importe qui et n’importe quoi le statut de coach. Le coaching a pour but d’accompagner le client en fonction de ses ressources physiques, mentales ou financières, et non de créer des pulsions d’achats.

LIEN
>
Influenceurs : Spin doctor / Cool hunters