Publié par Longueur d'Ondes

« Un curry d’humanité », c’est ainsi que le groupe du vignoble nantais défini son 3e album...

Ma-Valise.jpgFinie l’orientation « chanson française réaliste et populaire », Ma Valise et l’Orchestre de la Grosse Dame du Monsieur Potin a posé ses malles aux quatre coins du globe. Chants en dioula ou en wolof, inspirations d’Europe de l’Est ou du Sud, rock métissé ou musique world colorée… Leurs mélodies jouent désormais les ping-pongs épicés à l’image de ces polyglottes. Un tarmac qui, selon le groupe, s’est construit au fur et à mesure des rencontres : « Un métissage énergique et homogène, c’est ce que proposaient en leur temps La Mano Négra ou les Négresses Vertes... En soit, notre album est représentatif de la France d’aujourd’hui. Par exemple, un des membres de notre groupe est marié à une Roumaine et nous côtoyons donc beaucoup cette communauté. »

Et dans ce processus d’échanges, le groupe tient à conserver un équilibre : « Ma Valise est une démocratie, et non une Sarkocratie. Les textes sont écrits à plusieurs mains, tandis que certains troquent la batterie et la guitare. Enfin, nous mettons le plus possible en commun pour laisser aux autres l’opportunité de rebondir en s’appropriant le résultat. » Une philosophie qui a amenée à l’affirmation plus profonde de certains thèmes comme l’immigration forcée ou encore les sans-papiers. L’occasion également d’intégrer un membre supplémentaire « comme un beau-frère que l’on n’aurait pas choisi » afin d’établir une réciprocité album/live. Car dès l’enregistrement, le groupe a pour la première fois penser à sa transposition en concert. Une formule gagnante au vu de leur tournée imminente de deux mois en Allemagne. Un curry d’humanité, disions-nous.

LIEN
> Site officiel