Publié par FJM Publications


Suite du dossier "Homos : triangle rose et drapeau arc-en-ciel"

Homophobie et hétérocentrisme
La persécution est encore de rigueur en Corée du Nord, à Cuba et dans certains pays islamiques. Les arguments majeurs de cette opposition sont la décadence, la forme « contre-nature » de l’accouplement et la destruction du modèle familial traditionnel. Cette discrimination est même la première cause de suicide chez les jeunes de 15 à 34 ans, d’après « Homosexualité et suicide » d’Eric Verdier et Jean-Marie Firdion. Un jeune homosexuel aurait entre 4 et 7 fois plus de risques d’attenter à sa vie. Il faut ajouter 40% de plus chez les jeunes filles. L’homophobie est à rapprocher du racisme et du sexisme : toute forme de violence verbale ou physique ayant attrait à cette appartenance et qui peut s’avérer également être parfois aussi une excuse aux abus inverses. L’immolation criminelle du Français Sébastien Nouchet et le meurtre de Matthew Shepard en 1998 dans le Wyoming ont été des exemples marquants qui montrent que la tolérance n’est pas acquise pour tous. A l’initiative de Louis-Georges Tin, le 17 mai est la date de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, jour anniversaire du retrait de l’homosexualité des maladies mentales par l’OMS en 90.

Islam
Si la Bible est très explicite sur sa condamnation de l’homosexualité, l’histoire du peuple maudit de Lot dans le Coran a inspiré La Charia. Cette loi préconise la peine de mort en cas de récidive. Elle est en vigueur dans de très nombreux pays : Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Bangladesh, Bosnie, Iran, Jordanie, Kazakhstan, Kyrgystan, Koweït, Liban, Libye, Malaisie, Mauritanie, Oman, Pakistan, Qatar, Soudan, Syrie, Tadjikistan, Turkménistan, Emirats arabes unis et au Yémen. De plus, l’Islam influence certains pays africains.

Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire
La première action du FHAR frappe la France au début de l’année 1971. Au départ, le gros du commando est constitué de lesbiennes, dont de nombreuses militantes féministes comme l’écrivaine Monique Wittig. Enfants de mai 68, certains membres comme l’auteur Daniel Guérin ou Françoise d’Eaubonne iront jusqu’à se déshabiller en pleine Assemblée Générale pour vivre jusqu’au bout leur discours sur la libéralisation du corps. Une division au sein de l’entité va créer plus tard le groupe des Gouines Rouges, proches du MLF (Mouvement de Libération des Femmes).

2005 : dates clés
17 mai : journée mondiale de lutte conter l’homophobie dans 40 pays
Juin : création du LPart en Suisse, projet de loi sur l’adoption en Belgique
Juillet : 1èr mariage gay espagnol, modification de la loi canadienne sur le mariage (« union de deux personnes »)
19 décembre : 1ère union homosexuelle en Irlande du Nord avec les mêmes droits
En 2004, seulement deux pays, 7 provinces et un territoire canadien autorisaient le mariage gay

Banalisation et opportunisme
Dans certains pays, l’homosexualité est considérée comme une forme ordinaire de sexualité n’ayant pas à faire l’objet d’une stigmatisation. La reconnaissance officielle, même si elle n’est pas l’unique raison des désaccords, passe par la possibilité de mariage gay. Certains affirment également correspond à une tendance naturelle de l’être humain, même hétérosexuel. Elle constituerait une étape fondamentale de la différenciation sexuelle et le souci d’appartenance.

Dès lors que la société a pris conscience de l’émergence d’un nouveau segment de société au fort pouvoir d’achat, elle a vite retourné sa veste en s’affichant publiquement avec ceux que l’on disait reclus. La publicité s’est emparé du phénomène, tenant en Monsieur Propre ou Jean-Paul Gaultier l’un des symboles de sa rédemption. Dès lors, des sentiments inverses sont nés à travers les métrosexuels, des hétéros possédant les codes gays, et l’hétérophobie. Quant à la société, elle a vite oublié ses relents de bonté et, depuis longtemps, trouvé d’autres minorités à persécuter.

LIENS
>
Hétérophobie : pour ou/et contre ?
> Québec donne de l’élan aux gays
> Saint Seiya : pink paradise