Publié par Le Progrès


Les podcasts font fureur sur le web et permet d’allier rapidité, zapping et choix délibéré de l’internaute


LE TERME vient de la contraction de « broadcasting » (radiodiffusion) et du lecteur Mp3 d’Apple : l’iPod. Des traductions sont en cours d’adoption comme la baladodiffusion. Le podcasting est un moyen gratuit et inédit de diffusion de fichiers sonores ou vidéo sur Internet.


Dans son fonctionnement, les auditeurs s’abonnent à un contenu délimité. Par exemple, vous sélectionnez des émissions de radios et à chaque diffusion ou création de ces programmes, ils se téléchargent automatiquement dans votre lecteur Mp3 connecté à l’ordinateur. De quoi égailler vos trajets en transports en commun en supprimant le superflu. Depuis janvier, cinq des plus grandes radios généralistes françaises publient désormais leurs émissions par ce biais.


Courants artistiques
Le courant se veut désormais tentaculaire, à l’image de la libéralisation de la bande FM en 1981. Le « podsafe » est par exemple la mise à disposition de musique d’artistes indépendants. Le « godcast », nouvel engouement américain, diffuse des messages religieux. Même Radio Vatican possède un « podcast » papal officiel. Les « porncasts », dont le serveur le plus connu est Soccergirl, sont des conversations ou des histoires sulfureuses interdites aux mineurs.

Des prémices à Lyon
Localement, de plus en plus de sites Internet proposent des « podcasts » comme l’Université Lyon 2 ou des radios sur Internet telles que Radio SHIC et Lyon Drumming. Radio Scoop a été l’une des pionnières sur Lyon. Flo, le webmaster, explique que sa mise en place favorise « un meilleur référencement dans les annuaires de téléchargement en rendant interactives les rubriques d’actualité. Cette technologie permet également de ne pas réaliser de maintenance. Le podcasting provoque moins de visites sur notre site Internet, mais encourage la fidélité des abonnés. Pour l’instant, nous n’avons aucune donnée concernant les retombées. »



Commenter cet article