Publié par Le Progrès


Pour le dandy, à ne pas confondre avec le guitariste de jazz Philip Catherine, perdre aux Victoires de la Musique était déjà une récompense. Portrait

Katerine.jpgLe terme « bourgeois-bohème » a été créé en 2000 par le journaliste américain David Brooks. Il désigne une catégorie socio-professionnelle aisée, progressiste et profondément urbaine. Les Bo-bo se caractérisent par une vie épicurienne, décadente et sans remord, rendue possible par leurs moyens financiers. En France, les symboles sont Vincent Delerm, Edouard Baer, Ariel Wizman et… Philippe Katerine. Mal rasés et se moquant du politiquement correct, les Bo-bo pratiquent parfois un goût assumé pour l’univers kitch et ringard.

Humour décalé et angoisse perpétuelle
Issu de la Région nantaise, Philipe Blanchard, alias Katerine, quitte sa carrière de joueur de basket à haut niveau pour commencer sa carrière en 91. Son style de pop très tendance avoisine parfois Richard Gotainer. Voix aigue, attitude nonchalante et dilettante, le dandy possède un palmarès impressionnant : 7 albums, une bande-originale, le tournage d’un court et d’un long métrage, l’écriture de 5 albums (pour sa femme notamment) et un rôle d’acteur dans « Nom de code : Sacha » de Thierry Jousse. Cette boulimie de travail s’explique justement par un mal-être constant qu’il tente de fuir à travers la dérision, comme avec son premier single « Je vous emmerde » en 97.

Sortie de « Robots après tout » en octobre 2005
L’album a été entièrement ébauché sur une Groove Box, appareil qui permet d‘enregistrer des séquences pour les diffuser en boucle. L’excellent et excentrique dj canadien Gonzales a prêté main forte à sa composition. Au programme, des titres savoureux, drôles et irrévérencieux sur les VIP, Marine Le Penn ou le 11 septembre. Sur scène, Philippe Katerine trépigne, harangue la foule et est accompagné des ex-Little Rabbits (au lieu des Recyclers), autre illustre groupe de pop nantaise des années 90. Clou du spectacle, le dandy revête avec eux les sous-pulls acryliques roses de la pochette de son album durant le rappel. Un régal.

Un spectacle chorégraphique est en préparation avec Mathilde Monnier, directrice du Centre Chorégraphique National de Montpellier.

LIEN
> Site officiel