Publié par Respect

Rencontre avec Inès Minin, présidente de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, à l’occasion des résultats de leurs Etats Généraux sur l’Emploi des Jeunes.


Rappelez-nous les missions de la JOC …
Il s’agit d’une association d’éducation populaire présente dans les quartiers désertés par les structures traditionnelles. Notre but est de faire émerger des points de vue trop souvent ignorés. En septembre 2005, nous avions lancé la campagne « Emploi : Atout Jeunes ! » d’après des témoignages de jeunes en marge. Le 10 décembre, nous avons lancé une enquête réalisée avec l’aide du CSA.

Quelles en sont les conclusions ?
Le constat est intéressant et inquiétant.  Les jeunes sont enthousiastes à l’idée de rentrer dans la vie active, mais sont généralement mal accompagnés et discriminés. On leur donne des tâches secondaires, maintenant leur manque d’expérience et de confiance. Ainsi, les jeunes sont la première tranche sacrifiée.

Quelles suggestions ont été proposées ?
Preuve que le système des bourses n’est pas admis, 29% des jeunes ont réalisé un mauvais choix d’orientation à cause de leur budget. Les 120 tables rondes organisées dans toute la France nous ont appris que pour combattre  la peur du chômage, les jeunes ont besoin de savoir où ils vont. Il faut davantage déceler les acquis, rémunérer les stages de plus de trois mois et organiser plus de rencontres avec des professionnels.

Est-ce aussi une réconciliation avec la politique ?
C’est un regard neuf qui manque de reconnaissance. Nous avons donc fait signer une charte avec les différents acteurs pour que chacun trouve sa place dans la société. Pour ces classes populaires, il s’agit de s’approprier le débat en participant à un projet qui pèsera lourd aux élections présidentielles. Les différents intervenants des partis politiques et des missions locales ont par ailleurs été agréablement surpris par la pertinence des débats. L’époque du « Sois jeune et tais-toi », c’est finit.

LIENS
>
Site officiel
> Blog Etats Généraux