Publié par Longueur d'Ondes


On a d’abord cru au pastiche. Quoi d’autre à la lecture du pitch ?


Claire-Barre-ceci-est-mon-sexe.jpgTrixie-Rose, pin-up écervelée se découvre femme fontaine. Or, ses sécrétions semblent avoir des vertus miraculeuses (femme fontaine = fontaine de jouvence, ça commence bien…). Ziggy, cocaïnomane narcissique, va la séquestrer dans l’intention de créer un nouveau Lourdes…

Si le propos aurait pu jouer dans la cour des séries Z à la Robert Rodriguez (Tarantino n’aurait pas osé) – et pour lequel nous n’avons aucune animosité, bien au contraire –, l’ambition n’est pas à la hauteur des moyens. Durant les quelques 500 pages s’enfilent les lieux communs les plus navrants, sans qu’aucune scène culte ou subtilité ne surnage : dialogues de porno vintage, absence de psychologie fouillée chez les personnages, sexualité hystérique, détails superflus qui gonflent une simple histoire de poule aux œufs d’or pour en cacher la vacuité...

Bienvenue dans le premier degré, pas drôle, où l’on croit tristement choquer.


Le roman sexiste de l’été. 



(Editions Hugo Roman)
 

Commenter cet article