Publié par Samuel Degasne

> Christophe Musset, chanteur

revolver_playing.jpgFinalement, avec votre nom Revolver, vous êtes dans le ton du festival…
C’est vrai ! En même temps, ayant fait des études de cinéma, j’aime ce thème. « L’homme qui tua Liberty Valance » est certainement l’un des plus beaux westerns. Mais le nom de Revolver, nous l’avons surtout pris en référence aux Beatles. Nous avons découvert sur le tard cet album, dont le poster zonait dans une de nos chambres. Le contraste entre l’arme et notre musique – à l’époque acoustique – nous plaisait.

D’autres découvertes qui vont ont marquées ?
Elliott Smith en particulier. Ce chanteur – aujourd’hui disparu – arrivait à marier les influences des 60’s avec une musique malgré tout personnelle. Sinon, il y a bien sûr les Kinks, les Beach Boys, Henry Purcell... et Giant Sand, ce mec qui habite le désert américain.

Henry Purcell ? Le compositeur baroque du XVII
e siècle ?
Je suis le seul membre du groupe à ne pas avoir fait d’études en musique classique, mais quand j’écoute ce compositeur, j’arrive à ressentir les mêmes sensations qu’avec la pop. Dans Revolver, la musique classique n’a pas d’incidence sur le contenu, mais sur la forme : une sorte de rigueur, de travail sur l’harmonie.

Le mouvement pop est considéré comme
mainstream (Ndlr : « grand public »). Un positionnement que vous assumez ?
Cela ne me dérange pas. La radio diffuse parfois des titres horribles, mais il y a quand même de bonnes choses à prendre dans certains tubes de Britney Spears ou de Lady Gaga. Et puis, la radio est une contrainte passionnante : il faut rentrer dans un format et cela ouvre des portes. Quant au rodage de notre single « Get Around Town », nous n’en avons pas soufferts, car nous étions en tournée… (Rires)

Et les Vieilles Charrues dans tout ça ?
C’est le point culminant de la tournée ! Ce qu’il y a de génial dans un festival, c’est que le public n’est pas acquis d’avance. Il faut convaincre tout de suite. On prépare actuellement notre 2e album, donc le set a été revu. Plus dynamique, plus taillé pour la scène et avec quelques inédits… En plus, je viens tout juste de me remettre à la guitare électrique ! On a donc hâte.

> Site Internet

INTERVIEWS

> Sexy Sushi
> Alain Souchon