Publié par Longueur d'Ondes


Quelle surprise de retrouver l’ancien animateur de France Inter - la sortie de son livre, en juin dernier, coïncide avec sa non-reconduction - au sein d’éditions côtoyant les philosophes Onfray ou Kropotkine. Mais qui mieux que le témoin d’acteurs musicaux majeurs (Bruce Springsteen, The Clash, James Brown, les rastafaris…) pour se faire porte-voix de la culture afro-américaine ?

Ma-Black-Musique-Laurent-Lavige.jpg
Car derrière les Hendrix, Hooker, Gaye, Cooke ou 2pac se mêlent des contextes sociaux et révolutions que Lavige narraient chaque semaine à la radio… Des combats idéologiques qui dépassent le champ même de la musique.

Des récits de son émission « Black Liste », on en reconnaît très vite la patte : la fascination non distanciée, la découverte du sujet dans son dénouement, les automatismes de respiration dans les ponctuations et les nombreux synonymes/superlatifs. C'est là, toujours, la difficulté de coucher sur papier une matière radiophonique, s’attachant parfois plus à la musicalité des mots qu'à une volonté de varier les rythmes ou d'en supprimer les plénonasmes volontairement emphatiques.

Mais ne nous méprenons pas. Ni aussi encyclopédique qu'un Greil Marcus (conférencier et critique rock américain), ni aussi didactique qu'un Gilles Verlant (homologue belge), l’ouvrage n’a pas d’autre prétention que son sous-titre : 44 autofictions. Des nouvelles, partant de faits réels, entre poésie, reportage et ressenti personnel. Des récits, traces testamentaires d'une émission qui manquera dans le paysage et dans le pur jus de son auteur. Idéal pour donner le lyrisme nécessaire à ces destins ayant bouleversé nos vies.

Héros du rythm’n’blues, rock’n’roll, soul ou funk ? Ils trouvent là l'un de leur meilleur conteur. 


Éditions l'Épervier
(coll. Les Musicales / lithographies de L.Lavige) 
> Interview
 

Commenter cet article